Il a été clair durant ces dernières années que les établissements défavorisés sont plus enclins que les autres à adopter l’enseignement efficace. Une étude publiée en Grande-Bretagne en 2015 donne quelques éléments d’explication à ce sujet.

Liberté du choix pédagogique et accentuation des inégalités scolaires

La recherche en sociologie de l’éducation démontre que le système éducatif offre une certaine variété de possibilités d’apprentissage aux élèves provenant de différents milieux socio-économiques. Cette situation fait du processus éducatif un acteur institutionnel pouvant jouer un rôle majeur dans la reproduction des inégalités.

Une étude à large spectre pose la question de l’importance des choix didactiques

L’utilisation combinée des données relatives à plus de 56.000 étudiants de 825 écoles a représenté le fondement de la recherche citée ci-après. Elle se veut le premier examen empirique de l’argument selon lequel les pédagogies qui mettent l’accent sur la responsabilité des élèves dans la constitution de leurs apprentissages (pédagogies de la découverte) augmentent les inégalités scolaires.

Pédagogie de la découverte et origine socio-économique

L’étude cherche aussi à voir si les stratégies d’enseignement centrées sur l’élève ont un impact sur leurs résultats scolaires et en quoi cela peut être corrélé au milieu socio-économique dont ils proviennent. Les résultats démontrent qu’une stratégie d’enseignement centrée sur la découverte a un impact négatif sur la réussite scolaire en général et sur les élèves ayant des parents peu instruits en particulier.

En conclusion, on peut comprendre que lorsque les élèves, leurs parents et les enseignants sentent les effets bénéfiques engendrés par l’enseignement explicite sur la diminution des inégalités scolaires, ils le plébiscitent pour les espoirs que son application fait naître en termes de réussite scolaire et sociale.

Je vous invite à découvrir l’article original et à partager vos impressions dans les commentaires.